Vendo "La Blanche"

 Traditions druidiques, origines celtes, ou, franc parlé Gaulois ?

- Aujourd'hui encore de nombreuses caractéristiques géographiques sont celtiques et ne doivent rien aux romains :
    Vindos : en gaulois ' la blanche ', c'est la Vendée.
    Ledo, nom d'origine de la rivière Lay, signifie fux ou courant.
    Le Graon: du gaulois grava (sable, gravier)
    Nanteia, l'ancien nom de Champ-Saint-Père, veut dire vallée, (ex : Nieul-sur-l'Autise).
    Condi-Vicnos, premier nom gaulois de Nantes, désigne, comme tous les Condats ou Condes, un confluent.
    Novio-Ritos, devenu Niort, indique un nouveau gué.
    La Chaume: d'une racine pré-celtique (kal-m) designe une pierre, un rocher
    Olonne: possederait une double racine hydronymique: (ol) pour eau et -onna (eau, fleuve)

     

- Quelques expressions romaines :
Pendant la période romaine, dans toute la France, les nouvelles localités vont prendre le nom du propriétaire suivi du suffixe acum, par exemple Pauli-acum (la propriété de Paulus ). En Vendée, les noms se terminant par acum occupent une place bien déterminée, essentiellement la plaine et quelques parties du sud Bocage. Ce qui nous indique les limites de la surface occupé par les romains.
Un exemple: Aubigny, vient de Albiniacum du nom d'Albinius 'Aubin'. Le nom signifie donc: terre appartenant à Albinius.
Un cours d'eau peut aussi avoir un nom de possesseur: Jaunay, vient du nom d'homme Gallinus et du suffixe acum.

Le suffixe on de (onem) est représenté par Curzon (cursionem) ou Xanton (santonem)
Le suffixe et de (etum) a donné Fontenay dont la célèbre fontaine devait s'écrire fontenet, d'après fontanetum
Pouzauges, (en 1080: Pouzalgiae) vient du latin puteus (puit) et du suffixe alia: on y trouve en effet une source abondante au sommet du village.
Le terme latin Podium (colline, terte) qui a donné de nombreux dérivé (puy, le plus fréquent, et peu dans nos régions; dans le midi pech, pouy, pog, etc.) se retrouve dans Puy du Fou, du latin podium fagi (la colline du hêtre), Puy de Serre (colline allongée), Puy Ravault, marque quant à lui une appartenance: (la colline de Ravault).

D'autres noms sans suffixe spécial doivent remonter aux temps des romains :

  • Palluau, de palus (marais)
  • Le Cloucq dans Saint-Michel-le-Cloucq devait provenir de cloacum ou clouacum et rappelle le mauvais état du pays
  • Mouzeuil dans Mouzeuil-Saint-Martin devait provenir de mutationem (relais de poste)
  • Froidfonds, de fond frigidus (source fraîche)

     

- Après les romains: sous l'empire Francs.
Pendant cette période, les bûcherons travaillent autour de la forêt de Vouvant. Ils habitent dans des cabanes de branchages, dans des loges de fougères qui seront le point de départ des bourgs pour le période suivante :

  • Les loges-Fougereuses
  • Saint-Hilaire-des-Loges
  • Les Loges (près de la Mothe Achard).

      Sur la route de Pouillé-Antigny, s'installent également des propriétaires francs comme Hermenaldus, qui donnera son nom à l'Hermenault.
      Au centre de la forêt, la trouée la plus forte se fait, essarté en grand, la clairière donnera naissance à un bourg important : Les Essarts.
      Puis les routes prennent naissances, à l'embranchement de celles-ci s'établit un campement ce qu'en germanique on appelait un hébergement (d'ou vient le mot français auberge). Le chef d'un de ces groupes, Anterius, laissa longtemps son nom à la localité qui devait s'y former : L'Hébergement-Antier.
      Les arbres singuliers que l'on trouve en forêt deviennent centre de ralliement, ainsi naissent Beaufou de bella-fagus (le beau hêtre) ; Torfou, de torta-fagus (le hêtre tors) ; Cheffois, de scava-fagus (le hêtre creux).
      Les paillers (ou cachettes), les épaisses (ou fourrés), les repaires de jadis ne sont plus qu'un souvenir passé dans la toponymie, et retrouvé dans Chavagne-en-Paillers, Bazoges-en-Paillers, Les Epesses et Beaurepaire.

    - La religion marque l'histoire des noms
    Les premiers noms de saints apparaissent dans l'histoire précédés du mot Dom ou Dam, venant du latin dominus, et que l'on retrouve en
    Vendée dans Dompierre (près de Belleville).
    Bazoges-en-Paillers et Bazoges-en-Pareds viennent du latin (basilique). Ces noms de Bazoges, spécial à l'Ouest de la France, est dû au voisinage de la basilique de Saint-Martin-de-Tours. Il tendait alors à se répandre en France comme nom commun, mais les representants de la religion chrétienne réussit à lui substituer le mot église.

    - La Révolution
    Précisons tout d'abord que la Convention, à la séance du 7 novembre 1793, décida que le département de la Vendée s'appellerait désormais le département Vengé (ça commençait bien !).
    La plupart des communes au nom suspect reçurent le baptême révolutionnaire, presque toute en réalité.
    En voici une liste :

    • L'île de Noirmoutier : L'île de la Montagne
    • L'île d'Yeu : L'île Marat
    • Mouilleron-le-Captif : Mouilleron-le-Libre
    • Saint-Fulgent : Fulgent-les-Bois
    • Saint-Paul-en-Pared : La Régénérée
    • Fontenay-le-Comte : Fontenay-le-Peuple
    • Saint-Michel-en-l'Herm : L'Union-sur-Mer
    • Saint-Sulpice-en-Pareds : La Fertile
    • La Chapelle-Achard : Belle-Chasse
    • Saint-Hilaire-de-Riez : La Révolution
    • Saint-Vincent-sur-Jard : Le Goulet

       

    Ces dénominations subsistèrent jusque vers la fin de l'année 1795. C'est surtout le général Hoche qui contribua à rétablir les anciennes appellations :

     ' Sans être dévot, j'aime assez qu'on mette le SAINT, lorsqu'il est écrit sur la carte. Vous sentez combien une erreur de nom pourrait être dangereuse'.

    2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

    Ajouter un commentaire

    Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

    Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site