Richelieu

    RICHELIEU Bienfaiteur du Poitou

    Armand du Plessis (1585 - 1642)

     

    D'après une tradition locale, Armand du Plessis serait né le 9 septembre 1585 dans le château de ses ancêtres, à Richelieu. En fait il n'en est rien, né à Paris il est baptisé en l'église Saint-Eustache, mais de famille maternelle, et paternelle originaire du Haut-Poitou.
    Une anecdote là-dessus: c'est en 1621 qu'il racheta Richelieu (la ville) qu'il érigeât en duché 10 ans plus tard, il y fit construire un château donc et un bourg clos, et se fit céder bon gré mal gré toutes les propriétés alentours qu'il laissait à l'abandon.

    Parce que son frère Alphonse entre dans les Ordres et refuse ainsi de gérer le diocèse de Luçon donné à la famille par Henri III, Armand-Jean du Plessis est invité à troquer son épée contre la crosse. Ceci lui convient fort bien, malgré son enthousiasme connu pour la vie militaire et mondaine.
    Trop jeune pour être sacré évêque (il a 22 ans à cette époque) il se rend à Rome, où grâce à une période d'étude théologique il parvient à obtenir la dispense d'âge dont il a besoin.
    De retour à Paris, il fréquente la Cour où il noue de solides amitiés qui lui permettront de se faire connaître par Henri IV.

    C'est un jour de Décembre 1608, que Richelieu arrive à Luçon.
    Il y constate une situation lamentable, misère, famine, une région que les guerres de Religion ont dévastée matériellement autant que spirituellement. C'est au bout de huit années que son administration redresse le diocèse qu'il considère comme
    'Le plus crotté de France'

    En même temps que la cathédrale, il fait restaurer le palais abbatial, à ses frais, entreprise qui ne sera achevée que vingt ans après qu'il fût devenu cardinal et premier ministre.
    Conformément au Concile de Trente, il fonde un séminaire, le premier de tous ceux qui furent établis en France.
    C'est à la mort de Luynes, en 1621 que Louis XIII choisit Richelieu comme premier ministre, il laissera Luçon et sa région dans une situation prospère.


     
    Le 29 mars 1614, La Rochelle
    promulgue une charte entérinée
    par le  corps municipal dont les
    29 articles édifient
    l'administration
    de la ville.
    1. Toutes les décisions doivent être soumises au conseil des bourgeois, comprenant 48 membres.
    2. Les Rochelais s'insurgent contre le représentant du roi
      - Le Duc d'Epernon.
    3. En mai 1621 ils établissent la constitution d'un 'Etat protestant'.

    La fin 'd'une guerre de cent ans' Le siège de LA ROCHELLE.

    Les menaces royales n'y font rien, les Rochelais placent tous leurs espoirs, sur le maire de la ville: Jean Guitton et dans l'aide des Anglais. Ces derniers ne tardent pas à agir: 60 navires, 10 000 soldats et marins prennent le large, et envahissent l'île de Ré. La flotte de Louis XIII n'est pas assez forte pour repousser les Anglais. Seul un village d'irréductibles 'Gaulois' résiste encore et toujours à l'envahisseur la citadelle de Saint Martin de Ré et le fort de La Prée défendus par Toiras (il me semble?). Commencé à la fin de juillet 1627, le siège durera jusqu'au 8 novembre 1628. Finalement repoussés, et décimés par la maladie les Anglais, qui ne se sont jamais décidés à donner l'assaut, rembarquent. Mais les Rochelais tiennent ferme, et Richelieu fait bombarder la ville à boulets rouges afin d'y provoquer des incendies. Ce ne sera pas suffisant, si l'armée assiège La Rochelle, elle ne peut interdire les ravitaillements par la mer. Richelieu décide donc de faire construire LA DIGUE. On enfonce dans les flots de longues poutres en bois entre lesquelles sont entassés blocs de pierre et gravats, des soldats et de l'artillerie s'installent sur la crête, les Rochelais ne réagissent pas, persuadés que l'ouvrage ne résistera pas aux tempêtes.

    Clément Métezeau eut l'idée:

                                de ménager, au milieu de la digue, un tropour laisser passer la marée. Il compléta la défense par de grands chevaux de frise appelés 'chandeliers' et fabriqués à Saintes, par des éléments de bateaux coulés, et enfin par une flotte de navires de guerre destinés à empêcher les Anglais d'approcher. Pour abriter ces bateaux, on aménagea le Port-Neuf et bientôt 250 navires français croisèrent devant La Rochelle.

    Le 11 mai, la flotte anglaise réapparaît.
    Buckingham lance contre la ville quelques torpilles, mais une mésentente entre les Rochelais et Buckingham fait échouer cette tentative. En octobre, la troisième tentative échoue de nouveau, les Rochelais comprennent qu'ils sont définitivement perdus. La situation dans les murs de la ville est catastrophique:

    Il mourrait quatre cents personnes par jour et les survivants, réduit à l'état de squelette, ne pouvaient plus enterrer les morts. On se contentait de traîner les cadavres avec des cordes hors des murs. Pour avoir mangé des herbes vénéneuses, certains devenaient fous.
    R.Colle

    Quand Louis XIII entre dans la ville, le 8 novembre 1628, il est accueilli par 5000 spectres (il y avait 28000 personnes un an auparavant). Le Roi ne devait plus craindre une nouvelle tentative d'invasion de la France par les Anglais.

                         C'est le dernier épisode de la Guerre de Cent ans qui vient de se clore.

3 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. Marcus (site web) 07/12/2008

Merci pour votre participation à mon évocation historique du siège de la Rochelle et des traces encore visibles de la digue de Richelieu

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site